Archives mensuelles : octobre 2014

Des enfants gâtés

Des enfants gâtésDisons le tout de suite, «Des enfants gâtés» n’est pas le meilleur film de Bertrand Tavernier. Cependant on ne peut nier son importance, non seulement dans l’œuvre du réalisateur, mais dans l’ensemble de la production française. En effet, sa vision laisse comme une persistante impression de malaise difficilement identifiable. L’action se passe à Paris en 1977. Le Paris des H.L.M., des supermarchés. Dans un immeuble, des hommes et des femmes se groupent pour défendre leurs droits contre les abus d’un propriétaire qui s’est octroyé les bonnes grâces de l’administration pour s’engraisser sur le compte des locataires en forçant les loyers et les charges. Bertrand Rougerie (Piccoli), un homme à la quarantaine énergique, marié, père de deux enfants, metteur en scène en crise de créativité, décide de louer un appartement dans cette résidence afin de se couper de tout et de travailler tranquillement au scénario de son prochain film. Tout ne sera pas si simple pour Rougerie. Il va rencontrer Anne (Christine Pascal), une jeune chômeuse, voisine de son deux pièces-cuisine. Ils nouent une relation amoureuse. De cette liaison, Rougerie accouchera d’une ébauche de scénario inspiré par la politique, le social et l’affectif, les trois données de son existence dans le microcosme de cet immeuble. Après avoir ausculté l’Histoire dans «Que la fête commence», Tavernier ausculte ici notre histoire contemporaine. A la manière d’un Altman, il a multiplié les personnages (une quinzaine) et les décors (une cinquantaine) pour les suivre, les lâcher, les retrouver et enfin les imbriquer les uns dans les autres afin de dépeindre la société des années soixante-dix. C’est de l’anthropologie.., mais pas très cinématographique ! On se perd un peu en bavardage, en discours parfois stériles (c’est le propre des discours politiques !). Il reste malgré tout une intéressante réflexion sur la communication ou plutôt la non-communication entre les êtres ainsi qu’une passionnante étude sur la fonction sociale du cinéaste. De plus, Daniel Toscan du Plantier fait une brève apparition en «guest-star» et la chanson du générique est interprétée par un insolite duo : Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort. Ces deux là nous gâtent vraiment beaucoup !

La strada

Gelsomina, visage blanc et un rien clownesque, troublante dans sa sensibilité de «simplette». Zampano, «le Grand Zampano le voilà», brute machiste traitant Gelsomina comme un objet… Avec les deux héros de «La strada», Federico Fellini a peut-être inventé le couple cinématographique le plus célèbre ! On a le sentiment que tout le monde a vu «La strada»… un peu comme tout le monde a lu «Le père Goriot».La strada C’est l’apanage des classiques : on a tellement entendu parler qu’on a l’impression de les connaître par cœur. Pourtant « La strada » n’est pas un film souvent programmé. Dommage car, malgré les années et grâce à la patine du noir et blanc, le film garde un impact émotionnel assez extraordinaire. Au long des routes et des cirques ambulants pouilleux, Zampano et sa partenaire Gelsomina apprennent à vivre ensemble. Il brise les chaînes avec son poitrail. Elle frappe sur un tambour pour attirer le badaud public. Il l’a acheté contre un plat de macaronis à des patents miséreux, et la traite en débile. Il la frappe et la bouscule. Elle, douce Gelsomina, elle le regarde avec buté la tendresse du monde… jusqu’au jour où elle lève le nez et découvre, perché sur son fil de funambule, il Matto (le Fou) : un poète ailé qui, avec son violon, lui parle, se moque d’elle, mais la regarde. GiuliettaMasina, Madame Fellini à la ville, apporte à Gelsomina une stupéfiante vérité. Elle est éblouissante. Ses autres rôles à l’écran montrent que la Masina a donné énormément d’elle-même à la Gelsomina. Au-delà du portrait de femme et par son dénouement, «La strada» est aussi un grand film féministe.