Archives de l’auteur : Manon

Comment être sûr que mon essaim passera l’hiver ?

Pour être sûr que mon essaim passera bien l’hiver, il faut tout préparer pour que les colonies soient en bonne santé, populeuses et veiller à ce que mes provisions soient suffisantes pour affronter cette saison. Pour cela, il faut passer par différentes étapes que nous allons vous partager à travers cet article.

Se préparer dès l’automne

Pour avoir la garantie que l’essaim d’abeilles va survivre en hiver, il faut surveiller l’état des colonies durant la visite d’automne. Pour les garder en abondance, il faudra laisser une hausse après la récolte. Ainsi, il n’y aura pas de risque de blocages de ponte, car les cadres de couvain ne seront pas saturés. Pour avoir plus de conseils sur l’essaimage vous pouvez consulter cet article.

Aussi, il est nécessaire de vérifier chaque cadre du corps de ruche pour s’assurer de l’absence de maladie du couvain. Si toutefois, on aperçoit qu’une ruche est malade, elle sera aussitôt isolée. En suivant le programme d’élevage sanitaire local, les abeilles sont bien protégées contre le varroa. Ce traitement consiste à installer les petites colonies dans des ruchettes à 6 cadres pour qu’elles puissent vivre dans un milieu plus confortable. C’est à ce moment qu’on contrôle les provisions en miel et pollens. En général pour faire face l’hiver, il faut détenir plus de 10 kg de miel.

S’il existe des cadres qui revêtent du miellat qui n’est pas consommable pendant la période hivernale, il faudra l’ôter de là. On peut utiliser un nourrissement si l’on souhaite combler les provisions et avoir la quantité optimale. Ainsi, durant cette saison, il est essentiel de contrôler la prise de nourriture en évaluant fréquemment les poids des ruches.

Équilibrer la température dans les ruches

Pendant la période de froid, les abeilles se rassemblent au milieu de la ruche. À la moindre collision, elles peuvent se disperser et la ruche risquera ainsi de tomber sur le plancher froid. C’est la raison pour laquelle on ne doit pas déplacer les essaims en hiver. S’il y a une importante nécessité de faire bouger les ruches, le mieux, c’est de contacter des professionnels parmi la liste de cueilleurs d’essaims qui sont expérimentés pour ce type d’intervention.

À l’intérieur de la ruche, la température au centre de la grappe est de 33 °C et diminue jusqu’à 20 °C au pourtour. Celle-ci est conservée grâce aux mouvements des abeilles qui bougent des ailes. De ce fait, il faut donner plus d’espace entre les cadres et le toit pour qu’elles puissent aller du haut vers le bas et ainsi de suite.

Surveiller l’essaim pendant l’hiver

En hiver, il y a toujours certaines menaces dont les abeilles devront faire face comme les intempéries, les prédateurs et le vandalisme. C’est pourquoi il faut être prudent et surveiller les ruches même si elles sont difficiles à ouvrir. Parfois, des pics verts essayent de faire sortir les abeilles en donnant des coups au bois et risquent ainsi de détruire la ruche. Il est également possible que ces insectes soient attaqués par des blaireaux, ces derniers cherchent à tout prix de renverser les ruches. Dans ce cas, évitez de les laisser seules longtemps et n’oubliez pas de leur apporter du sucre pour maintenir leur pesage.