Ma chérie

Encore un film sur l’éternel problème du conflit des générations. Forces en présence : Jeanne Rivière, 35 ans, divorcée et sa fille Sarah, 16 ans. Jeanne est une mère moderne, elle cherche et parvient le plus souvent à comprendre sa fille qui fait preuve d’une joyeuse insouciance quant à son avenir, et d’un total manque d’intérêt pour ses études. Un seul problème l’inquiète : pouvoir prendre la pilule ! Chez elle, Jeanne est affairée : la vaisselle, le ménage, la couture… De son côté, Sarah n’est pas très coopérative. Cependant elles sont inséparables, se font draguer, discutent, se disputent, s’opposent, se rapprochent, se découvrent, dans la plus grande complicité. Vient la période des vacances. Jeanne part avec son amant, en Bretagne. Sarah est monitrice dans une colonie de vacances. A leur retour, elles se retrouvent avec joie, mais Sarah a mûri. Elle veut choisir sa vie… L’apprentissage de leurs deux solitudes sera plutôt difficile…Ma chérie Film banal, «Ma chérie» n’en est pas moins une œuvre attachante, remplie d’émotion. Les gestes de ces deux femmes, vivant en couple, sont parfaitement étudiés : gestes ménagers, gestes de tendresse, gestes d’agressivité. Bien sûr les conventions ne sont pas absentes et l’on frôle parfois la sentimentalité à quatre sous dans les moments d’effusion ou de retrouvailles. Peu importe, l’ensemble est admirable de pudeur et de justesse de ton. Un film qui réconcilie avec la maternité (ou la paternité, tout dépend que l’on soit spectateur ou spectatrice). Vaut tout les documentaires indigents réalisés dans le cadre du planning familial !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>